Le Hamas récuse les efforts suisses en faveur de la paix

(Zurich, 16 février 2012) En faisant savoir depuis Téhéran qu'il ne reconnaîtrait jamais l'Etat d'Israël, le chef du Hamas, Ismail Haniya, a une fois de plus manifesté son refus de toute recherche de paix; tel est le constat de l'Association Suisse-Israël (ASI).

A quelques jours de la formation d'un gouvernement palestinien unitaire, les dirigeants du Hamas, maîtres de Gaza, non seulement nient le droit à l'existence d'Israël, mais encore prônent la poursuite de la lutte armée. De son côté, la Suisse s'efforce de faire avancer le processus de paix vers une solution à deux états; elle entretient dans ce but d'étroits contacts avec l'Autorité palestinienne dirigée par Mahmud Abbas, tout en maintenant une liaison avec le Hamas. Il est évident que toute négociation de paix menée par un futur gouvernement palestinien unitaire comprenant le Hamas ne sera rien d'autre qu'une farce aussi longtemps que les dirigeants de ce mouvement ne se déterminent pas clairement pour la reconnaissance de l'état d'Israël. Notre Conseil fédéral doit être conscient de cette situation. L'ASI demande par conséquent au ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter de suspendre sans délai les contacts particuliers de la Suisse avec le Hamas et de poursuivre son action de bons offices auprès du quartet du Moyen-Orient en vue d'une solution à deux états.